Comment référencer son nouveau site sans netlinking ?

Référencer un site relève souvent du parcours du combattant, encore moins s’il vient tout juste d’être indexé dans les moteurs de recherche comme Google. Face à des milliers de concurrents qui sont déjà présents sur le web depuis des lustres, pas facile de trouver la meilleure stratégie de référencement adaptée pour se positionner en première page. Il existe toutefois quelques astuces permettant de bien référencer un nouveau site sans faire du netlinking. Voici quelques pistes à retenir… et à adopter !

Cibler une thématique de niche

Les spécialistes SEO ne le répèteront jamais assez : les stratégies de référencement d’un site web doivent être élaborées en amont, avant le lancement même de celui-ci. Et Google le prouvera au fil des années : plus votre thématique est bien ciblée, mieux sera le Ranking de votre site sur le long terme.

Le concept est simple. Si vous souhaitez concurrencer les mastodontes de l’e-commerce comme Amazon, EBay ou autre, il serait plus judicieux de commencer « petit ». Pour ce faire, il faut rester autant que possible dans une thématique de niche. Si vous traitez par exemple du « Rhum », concentrez-vous sur cette thématique et laissez les autres spiritueux de côté, du moins pour le moment.

Travailler des mots-clés peu traités et précis

Le choix des mots-clés est une étape cruciale en référencement naturel. Chaque spécialiste SEO a sa technique pour trouver les requêtes permettant d’augmenter son trafic. Pour un site tout frais, mieux vaut rester niché dans les premiers articles. Autrement dit, il faut trouver des mots-clés qui ne sont pas traités, voire très peu, sur le web. En effet, lorsque vous rédigez des sujets peu connus, mais très précis et pertinents, Google vous accordera certainement du crédit. Pour faire simple, ciblez des requêtes qui sont en dessous de 50 000 des résultats de Google, c’est encore mieux en dessous de 30 000.

Bien organiser les catégories de son site

Bien sûr, vous n’allez pas en rester là. Il faut aller chercher plus loin dans les requêtes pour élargir la notoriété de votre site, et donc sa visibilité. L’idée est donc d’organiser votre thématique en catégories, pas trop nombreuses, ni trop peu non plus. Il suffit de se mettre à la place des lecteurs en créant des catégories qui répondent parfaitement à leurs besoins.

Bref, référencer un nouveau site sans netlinking demande une certaine modestie, car l’objectif n’est pas de créer du gros trafic dans l’immédiat, mais plutôt d’acquérir des visiteurs de qualité et laisser Google faire son travail…

Instagram : avantages et inconvénients

Chaque réseau social a son utilisation spécifique. Celle d’Instagram est le partage de photos et de vidéos. La venue d’Instagram dans les rangs des réseaux sociaux mondiaux a marqué la pratique de la phonographie ou plus précisément l’art de photographier via son téléphone mobile. Comme toute chose, il a ses avantages et ses limites. L’important, c’est de savoir l’utiliser avec modération.

Les avantages d’Instagram

L’utilisation de ce réseau social est très bénéfique pour tout le monde, mais surtout pour les célébrités et les entreprises touristiques, de modes, de commerce, etc. Faire découvrir aux internautes, à travers une vidéo, le travail à la chaîne que subissent vos confitures avant leur mise en vente est plus qu’attrayant pour vos clients et les consommateurs. D’ailleurs, la qualité, la propreté et la provenance de vos produits sont mises en avance ainsi publiées. Il est aussi le moyen de communication très efficace pour lancer une marque ou un label. Vous pouvez aussi vous faire découvrir, faire souligner et valoriser vos talents depuis les photos que vous postez depuis Instagram. Véritable vitrine digitale, Instagram met en avant les images récemment publiées. Grâce à ce réseau social, vous avez la possibilité de développer vos talents de phonographe, mais aussi vos talents spéciaux comme pour la cuisine, le chant, la mode, l’esthétique et autre en modifiant et améliorant seulement vos images.

Les dangers d’Instagram

Comme principal inconvénient de ce réseau, et comme c’est le cas pour les autres réseaux sociaux, Instagram a la faculté d’amplifier les effets provenant d’une publication ou d’un commentaire. Et plus encore, cette ampleur est redoublée lorsque ce sont des photos qui sont à l’appui. Comme Instagram est une application de partage d’images et de vidéos, il est considéré comme le réseau social le plus dangereux surtout pour les jeunes.

Comme les adolescents sont les principaux utilisateurs de ce réseau social, ils sont donc les premiers à être exposés à de dangers multiples occasionnés par les réseaux sociaux comme le piratage d’un compte dans l’unique but de salir la réputation d’une personne. En partageant des informations personnelles à des étrangers ou des malfaiteurs, Instagram peut massivement faire profiter aux personnes qui souhaitent les détourner pour des fins commerciales ou autres à leurs avantages. Il arrive même que certains d’entre eux arrivent à vous localiser et donc à abuser de vous grâce aux informations personnelles qui leur sont parvenues. Il est nécessaire, de ce fait, de se conscientiser, avant d’y entrer, que les réseaux sociaux constituent les lieux favoris des proxénètes et des trafiquants, voire des criminels. Aussi, quelques gestes démesurés de votre part peuvent vous coûter très cher. Au Royaume-Uni, par exemple, il a été prouvé que l’utilisation d’Instagram et Snaptchat est dangereuse pour la santé mentale des jeunes qui en sont les plus dépendants et les plus influencés.

Si les réseaux sociaux connaissent autant de succès, c’est parce que leurs utilisateurs sont de plus en plus curieux par les fonctionnalités qu’ils proposent. Certes, celles-ci peuvent beaucoup servir à beaucoup de choses dans plusieurs domaines de la vie. Cependant, cette curiosité sans fin peut aussi vous mener en bas de l’échelle.

Comment devenir un community manager ?

Dans le monde du webmarketing, chaque société et entreprise visent continuellement à avoir une bonne visibilité auprès du public. Le community management fait d’ailleurs partie des procédés visant à promouvoir l’image d’une marque sur la toile. C’est le métier de community manager qui se charge plus précisément de cette mission. Cependant, une question se pose : quels sont les critères à exigés par la profession ?

 

Les rôles du community manager

La mission d’un community manager consiste à  mettre en avant une marque sur les réseaux sociaux, dans le but de promouvoir sa réputation envers les internautes. Pour ce faire, l’agent rédige des contenus de la marque et les poste sur le web afin que l’entreprise obtienne un certain renom auprès du public.

Dans son travail, cette personne doit définir le cœur cible pour avoir une meilleure influence. De la même façon, elle est tenue de déterminer les lieux de rencontre que ce soit sur Facebook, twitter ou autres réseaux sociaux. À cette occasion, elle déterminera les besoins et les opinions des consommateurs à propos de la société.

Le métier se charge parallèlement de surveiller sa thématique sur Google ou les différents sites concernés. Il peut participer aux conversations grâce à l’organisation des événementiels, la proposition de tests produits et le partage des informations. Le but étant de toujours garder une relation continue avec les influenceurs.

 

Les capacités requises pour devenir un community manager

Pour être compétent dans le domaine du community management, l’intéressé doit avoir une grande capacité de rédaction. C’est effectivement capital pour que les contenus partagés sur les réseaux sociaux soient pertinents et faciles à comprendre. Il faut de même que les informations données dans son article reflètent une bonne image de la marque. L’agent est aussi tenu de connaitre la marque, son univers créatif et ses stratégies pour pouvoir mieux la mettre en avant.

Un bon sens relationnel et un esprit d’analyse sont parallèlement requis pour bien entretenir le dialogue avec les clients et les prospects. Ces aptitudes servent également à favoriser les échanges entre les diverses communautés.

En outre, il faut maitriser les différentes approches et d’en savoir adopter la bonne afin d’atteindre le but de façon optimale.

 

Les questions à se poser avant de lancer sa stratégie de content marketing

Le content marketing qui consiste à faire un marketing original dont le contenu n’est pas uniquement basé sur le produit que vous vendez, vous a plu. L’idée et la stratégie à mettre en place sont attirantes, mais il faut l’analyser en autant de questions auxquelles le content marketing devrait répondre.

Pourquoi produire du contenu ?

Dans un premier temps, vous devrez définir les objectifs globaux concernant la stratégie de content marketing. Il faut se poser la question : pour quelles raisons voudrais-je produire du contenu? Votre objectif est-il de faire connaître votre marque ou d’augmenter vos ventes ? Plus vous affinerez la définition de vos objectifs, mieux vous répondrez à la question du pourquoi.

Dans un second temps, on doit se poser la question de l’utilité de votre contenu. À quoi va-t-il servir ? Quelles fonctionnalités vous offrirez aux internautes et dans quels sens ces derniers pourront influencer le contenu publié ? Ici, on cherche à définir l’importance de l’interaction que vous mettrez en place. Votre site proposera-t-il une FAQ, un forum d’entraide ou une plateforme de publication d’articles ? Il est important que votre contenu soit en adéquation avec vos objectifs et la vente de vos produits.

Quels types de contenus?

La première question à se poser à ce sujet, c’est à qui s’adresse votre contenu. Êtes-vous un rédacteur d’articles pour les professionnels ? Listez-vous les artisans de votre région ? Ou aidez-vous le consommateur à choisir ? Autant de réponses qui nécessiteront une rédaction et une mise en pages différente de votre contenu. De plus, les outils marketing vous permettront de répondre aux mieux aux attentes des internautes concernant votre site.

La deuxième question est celle de se demander pourquoi les internautes consultent votre site et qu’est-ce qu’ils recherchent en priorité. Dans ce cas, attardez-vous sur les données statistiques pour valoriser les mots-clés ou les pages les plus consultées. N’oubliez pas que le marketing automation a de nombreux avantages.

La troisième question s’organise autour de la concurrence. Quel contenu est publié par votre concurrent ? Relevez toutes les erreurs et attardez-vous sur leurs bonnes idées.

Enfin, demandez-vous si vous possédez déjà du contenu ou partez-vous de zéro. Rassemblez tout votre contenu et confrontez-le à vos attentes sur la stratégie de content marketing.

Comment mettre en place une stratégie efficace ?

Cette question est à envisager d’abord au regard de vos impératifs budgétaires et temporels.

Il faut en premier lieu, se demander si l’on dispose d’un budget pour la rédaction de contenu. C’est de votre capacité financière à ce sujet qui déterminera également la valeur de votre production. En effet, vous ne pourrez vous attendre au même travail et surtout au même résultat lorsque vous embauchez un rédacteur web ou lorsque c’est vous-même qui vous chargez de rédiger votre contenu.

En second lieu, n’oubliez pas les impératifs calendaires. Outre les événements qu’il faut promouvoir à temps, l’impératif concerne également le calendrier éditorial et notamment l’ensemble de la chronologie de votre stratégie de content marketing.

Vient ensuite la question relative aux réseaux sociaux.

La publication d’articles originaux ou utiles ne permet pas à elle seule de générer du trafic. Dans ce but, rien de tel que de promouvoir votre contenu sur les réseaux sociaux.

La fenêtre de visibilité qu’offrent les réseaux sociaux est impressionnante, mais là encore, il faut veiller à bien choisir afin de coller au plus près à vos objectifs de content marketing.

De ce fait, préférez un réseau social plutôt que plusieurs, surtout si vous êtes seul à promouvoir votre contenu : cela vous permettra de mieux cibler votre stratégie et de maîtriser de façon optimale les fonctionnalités.

Si vous comprenez parfaitement l’articulation de cette stratégie, le succès de votre entreprise fera rapidement sont apparition.

Les secrets d’une campagne AdWords bien optimisée

De plus en plus prisées par bon nombre d’entreprises, les campagnes de liens sponsorisés suggérés par Google désignent des stratégies efficaces pour gagner davantage de notoriété. Faisant partie de ces fameux moyens, les liens AdWords sont idéaux pour les opérations régulières. Ils demeurent aussi un bon soutien pour SEO. Pour bénéficier des meilleurs résultats, il est impératif de bien les optimiser. Les méthodes pour ce faire ne cessent de se pluraliser. Il vous faudra donc soit faire appel à un spécialiste Google AdWords ou appliquer les conseils suivants à la lettre vous même.

 

Pourquoi procéder à cette optimisation ?

Avant de se lancer dans cette discipline, il est primordial de connaître au préalable si sa réalisation en vaut vraiment la peine. Il est ainsi à savoir avant tout que l’optimisation d’une campagne AdWords présente directement des impacts sur le Retour sur Investissement. Ce procédé a en effet la faculté de réduire le coût d’une campagne pour obtenir des résultats maintes fois supérieurs. Et plus les dépenses sont amoindries, plus les revenus augmenteront et le ROI sera amélioré. Opter pour les mots-clés les plus efficaces c’est en outre investir sur des opportunités encore plus bénéfiques. Un tel choix limitera les décaissements inutiles sur ceux ne présentant aucune valeur ajoutée. La mise au point des annonces via la méthode en question permet également de multiplier le nombre de visites des internautes. Si elle est idéale, elle servira à attirer davantage de clients tout en assurant une bonne économie.

 

Quelques astuces pour optimiser sa campagne AdWords

Afin de mener à bien cette discipline, il semble crucial d’adopter certaines stratégies et de suivre à la lettre chacune de leurs étapes. Il est ainsi recommandé avant tout de structurer ses campagnes. Ici, une bonne organisation se révèle très sollicitée. Les mots-clés négatifs doivent être d’ailleurs utilisés de façon adéquate. Ces derniers permettent de cacher une annonce donnée lorsqu’un individu en emploie d’autres en combinaison avec eux. Pour gagner un meilleur taux de clics, il est conseillé de privilégier le mode « exact » pour l’affichage des annonces plutôt que celui « broad ». L’optimisation des pages de destination ou « landing page » demeure aussi une technique des plus infaillibles. En cas d’incertitude sur ce sujet, on peut recourir à l’aide de l’outil « Site-Related Keywords ». Dans ce domaine, il est également indispensable d’être créatif pour se démarquer des concurrents. Démarrer avec un plafond d’enchère plus élevé constitue enfin une excellente idée.

Faire de la publicité sur Facebook

Le réseau social Facebook est devenu un moyen de communication incontournable de nos jours. Cependant faudrait savoir s’y prendre si on veut faire de la publicité sur Facebook.

Comment faire ?

Vous pouvez créer une publicité Facebook en utilisant l’outil de création de publicités dans le Gestionnaire de publicités ou dans Power Editor. Pour cela, il faut aller dans le Gestionnaire de publicités, cliquez sur Créer une campagne dans Power Editor, cliquez sur Créer une campagne. Une fenêtre peut apparaître sur votre écran, où vous devrez sélectionner Utiliser l’aide à la création. Si ce n’est pas le cas, vous serez automatiquement redirigé vers l’outil de création de publicités. Vous devez alors choisir un objectif publicitaire.  Ensuite il faut cliquez sur continuer. Aux étapes suivantes, vous pouvez choisir de promouvoir votre Page, votre entreprise, votre site web ou votre évènement, puis choisir l’audience, le budget, les images  et le texte de la publicité avant de passer votre commande.

Pour choisir le bon objectif publicitaire, répondez à la question « quel est le résultat le plus important que j’attends de cette publicité ? » Il peut s’agir des ventes sur votre site web, des téléchargements sur votre application ou de l’augmentation de la connaissance de la marque.

Quels sont les avantages à faire de la publicité sur Facebook ?

Les avantages de faire une publicité sur Facebook sont multiples. En effet, cela permet de :

  • Créer du buzz sans payer l’affichage via un paiement au CPC.
  • Toucher les 7 millions d’inscrits.
  • Donner une image tendancede ses produits et son entreprise.
  • Utiliser un média avec un ROI intéressant.

Les Social actions qui montrent qui dans vos contacts a cliqué sur une publicité vous offrent la possibilité d’utiliser la recommandation via des tiers. Toutefois, il faut signaler qu’il y’a aussi un certain nombre d’inconvénients à savoir, toucher peu de seniors et surtout les réfractaires aux nouvelles technologies. Payer pour de nombreux « faux clics » : entre les nombre de clics sur Facebook et vos visites il y a une forte différence qui n’est pas exclusivement expliquée par un temps de chargement trop long.  Ne pas pouvoir cibler aussi efficacement que sur Google Adwords : il n’est pas possible de choisir d’apparaître pour des mots clés ultra ciblés. Des changements de design de la page Facebook qui nuisent à la visibilité de l’annonce, ce qui peut fortement influencer la visibilité de vos annonces. Néanmoins, force est de constater que  Facebook reste un canal très utilisé par les annonceurs.

SEO mobile : Conseils pour optimiser votre application mobile

Avec l’apparition de l’App Store d’Apple – plus de 2 millions d’applications – et Google Play store – plus de 2,4 millions d’applications –  le jeu a changé. La popularité des applications comme Facebook, Snapchat et Pokémon Go est stupéfiante.

L’optimisation de votre application mobile est la meilleure façon d’avoir un meilleur taux d’engagement. Cependant, ce n’est pas toujours facile.  Voici quelques conseils  de base pour optimiser votre application mobile.

  • Le titre

C’est la métadonnée la plus important pour l’optimisation de votre application mobile. Le titre et l’icône sont la première chose qu’un internaute va voir, c’est votre image de marque. Rédigez un titre qui décrit clairement la nature et utilité de votre application mobile.

  • La description

Vous n’avez pas suffisamment d’espace pour rédiger tout un discours sur les caractéristiques, les avantages et les bénéfices de votre application. Vous devez décrire l’utilisation et les bénéfices de votre application dans deux phrases. Rédigez un descriptif clair, concis et convaincant. Utilisez les mots clés avec parcimonie.

  • L’utilisation des mots-clés

Contrairement à Google Play, Apple a une section distincte pour les mots clés particuliers. Profitez de cet avantage pour pallier la limite de caractères. Utilisez des mots clés pertinents et ne répétez pas le mot clé que vous avez inclus dans le titre. Séparez les mots clés avec des virgules sans espace pour tirez le meilleur parti de l’espace disponible.

Utilisez des mots-clés spécifiques à un pays et à une langue. Les stores iOS et Android disposent de magasins spécifiques à chaque pays. Cette méthode pourrait très bien augmenter considérablement le téléchargement de votre application. Si vous n’avez pas le temps ou si les compétences vous manquent, vous pouvez faire appel à une société spécialisée dans le développement d’applications mobiles pour vous aider. Ceci engendrera un coût supplémentaire mais les résultats seront certainement au rendez-vous.

Les Moocs : apprendre par Internet, se former sérieusement, c’est possible

Accéder à des formations dispensées sans avoir à se déplacer, à investir, à arriver à une heure précise ? C’est possible désormais avec les MOOCS.

Depuis quelques années, ce mode d’apprentissage s’est accru mais il a divisé : perçu comme une menace pour certains, comme opportunité pour d’autres, ils ont parfois eu du mal à se faufiler sur la toile pour y trouver leur place. Et pourtant, ils ne cessent de conquérir des personnes de tous horizons et de tous âges pour leur permettre d’enrichir des connaissances ou acquérir de nouvelles compétences.

Les principes des MOOCS

L’accessibilité de cours selon un nouveau schéma qui s’inscrit dans la logique des nouvelles technologies. Une nouvelles façon de se former sans se ruiner, ce qui permet à un plus large public d’y accéder. On comprend que des instituts les regardent d’un œil noir !

Mais c’est quoi un MOOC ?

MOOC signifie en anglais « Massively Open Online Course ». Pourquoi massif, parce que son but est de toucher massivement les populations intéressées. Et par la toile, il n’y a pas de limites. On ne pousse pas les murs d’une salle de cours ou d’un amphithéâtre alors que les MOOC ne sont pas cloisonnés à un nombre restreint de participants, bien au contraire. Voilà un atout de taille pour ces cours que vous pouvez suivre en ligne.

Peut-on réellement se former sans professeur ?

Le professeur déroule le cours par vidéo, illustre ses propos par des copies d’écran ou des démonstrations dynamiques. Mais, touchant des milliers voire des millions d’élèves, il n’y a pas d’échange personnalisé élèves-professeurs, aucune interaction. C’est le noyau dur en ligne de mire de nombreux réfractaires, et pourtant, peut-on interagir individuellement avec un professeur de faculté ?  Pas plus qu’on ne peut mettre sur pause et revenir en arrière deux, trois, cent fois si nécessaire.

De plus, la formation est dynamique et tient généralement compte de différentes hypothèses pour anticiper au mieux les questions diverses et variées qui pourraient naitre dans l’esprit des élèves virtuels.

Certains professeurs ou experts sont présents sur les forums de discussion et très généralement, une entraide communautaire se construit naturellement. Une caractéristique propre à Internet et qui existe dans une moindre mesure en mode réel. Poseriez-vous aisément une question à un expert ? Oseriez-vous expliquer un fonctionnement à une personne en difficulté ? Les débats sont-ils courants en mode réel dans un but d’optimisation, de conseils ?

Les formations sont-elles reconnues ?

Certaines formations sont désormais reconnues par des professionnels (délivrance d’un certificat de niveau) et peuvent être inscrites au CV. Il existe également des tests de validation des acquis indépendamment des cours eux-mêmes et selon les domaines.

Dans quels domaines trouve t-on des MOOCS ?

Un grand nombre de domaines sont aujourd’hui concernés et ne sont pas réservés aux métiers digitaux. Il peut s’agir d’organiser son temps (les mind mapping par exemple), de construire des sites Internet (WordPress, Joomla…), de développer dans des langages de programmation particuliers (C, Java, PHP, SQL..), réaliser des pâtisseries (pour développer une entreprise indépendante ou participer aux émissions actuelles), changer le carrelage d’une salle de bain…  Vous l’aurez compris, les domaines sont nombreux.

Faut-il être expert en informatique pour suivre un MOOC ?

Suivre un MOOC est à la portée de tous. Il suffit de se connecter à une plateforme, se créer un compte, sélectionner le cours et le suivre en audio et vidéo. Aucun matériel nécessaire n’est requis, la seule contrainte, une connexion Internet.

 

Engager votre communauté

Avec la monté en puissance des réseaux sociaux, les marques ont clairement misé sur le digitale, et ce, sans distinctions de taille ou d’activité. Avoir une présence sur les réseaux sociaux ne coûte rien, mais peut rapporter gros, et ça, les marques l’ont bien comprise. Il est facile d’être présent, prouver aux utilisateurs que vous l’êtes pour de bonnes raisons, c’est déjà plus difficile. Sans l’aval de votre communauté, vous risquez de voir votre présence vous nuire. Vous devez voir les internautes réagir à vos publications, vous retweeter, aimer vos interventions, les partager. C’est lorsque votre communauté réagit, s’engage, que votre mission est réussie.

Voici quelques techniques très efficaces pour parvenir à cet objectif :

 

Vous devez maintenir une présence régulière..

L’ensemble de vos réseaux sociaux doit être gardé actif, alimenté par du contenu régulier, pour que votre communauté est toujours quelque chose à se mettre sous la dent. Les gens doivent pouvoir venir de façon régulière pour découvrir votre actualité, vous devez créer un rendez-vous avec eux. Ne vous faites pas oublier, c’est la clé. N’hésitez pas à revenir sur vos dernières actualités, afin de vous assurer que l’ensemble de vos abonnés ait reçu l’information et puisse y réagir. Le passage par vos réseaux sociaux doit devenir une habitude pour les utilisateurs.

 

Entretenez un lien entre vos différents réseaux sociaux.

Lier vos réseaux sociaux est crucial pour créer un effet de vase communiquant, de complémentarité. N’hésitez pas à utiliser chaque plateforme pour ce qu’elle a de meilleur. Ne négligez pas votre site, balisez-le avec des boutons renvoyant vers vos différentes pages, incitez vos utilisateurs à laisser un avis, à partager leurs retours, à retweeter votre actualité. Ils doivent pouvoir interagir avec vous, à tout moment.

Vous pouvez également interagir avec les réseaux sociaux d’autres structures, proches de votre activité, vous montrant ainsi à un nouveau public.

 

Misez sur votre identité visuelle.

Ne négligez jamais la qualité des images et des vidéos que vous proposez, gardez une bonne cohérence dans vos choix de photos, de couvertures, tout en n’oubliant jamais de rendre vos publications efficaces. Ajoutez, par exemple, un call-to-action sur vos photos, rappelant aux gens de partager ce contenu. C’est un point clé pour augmenter l’engagement de votre communauté, il est important que vos photos donnent envie de participer.

 

Restez proche de votre communauté.

Vous devez répondre au maximum de commentaires possibles, entretenir des discussions avec les internautes. Cela aura un impact positif sur les retours que vous recevrez. Il est logique de participer aux discussions si on sait qu’on est lu et qu’on a de grandes chances de recevoir une réponse, cela l’est moins si on a l’impression de parler à un mur. Alimenter un dialogue générera du trafic, augmentant ainsi votre visibilité. Les gens doivent être capables de voir une personne, et non une simple interface.

 

Publiez du contenu donnant envie de réagir.

Vous pouvez avoir recours aux concours, qui sont un excellent moyen de mobilisation autour de vos réseaux sociaux, vous garantissant un boom de votre trafic et l’arrivée de nouveaux membres pour votre communauté. Demandez son avis à cette dernière, incitez-la à participer. Les sondages sont parfaits pour cela, puisque vous ferez réagir les gens deux fois, lors du vote et lors de l’affichage des résultats de ce dernier.
Avec ces quelques techniques, vous n’aurez aucun mal à tirer un maximum de retours de vos

Animer une page Facebook pour votre activité professionnelle

Facebook est un levier de communication très fort et les sociétés l’ont bien compris. Ce réseau social permet de se faire connaitre gratuitement. Et si des publicités payantes peuvent êtes souscrites dans des budgets limités, il est possible de promouvoir gratuitement.

Vous avez déjà votre page personnelle et vous êtes heureux de partager vos anecdotes, vos bons plans, vos photos de vacances. Créer et animer une page professionnelle est tout autre chose. Vous devez déterminer l’objectif : gagner en notoriété, en vente, en recrutement, en relationnel. En fonction, les cibles, les moyens employés différeront et pas seulement.

Les bases d’une page professionnelle Facebook

Les bases sont évidemment un nom, un logo et une activité. La page à propos doit être complètement renseignée pour savoir qui vous êtes et de quoi il s’agit et permettre de vous voir et vous trouver. De même, la page est votre vitrine et une vitrine doit être alléchante, soignez la photo de profil et celle de couverture.

Les publications Facebook

Vous devez établir un planning rédactionnel de vos publications. Et ne n’est pas pour rien que Facebook a prévu cette option pour vous y aider. Variez les plaisirs, vos contenus doivent être variés, attrayants, percutants, amusants, informatifs. Si vous êtes monocorde, vos visiteurs se lasseraient, n’y trouveraient plus d’intérêt, vous toucheriez moins d’Internautes par manque de diversité et votre page pourrait finir par être désertée et tomber aux oubliettes.

Optimisez vos contenus avec des mots clefs et habillez-les de photos et vidéos. Les visuels attirent l’attention, suscitent de la curiosité et de l’intérêt pour que vos contenus soient partagés. Plus ils seront partagés, plus vous gagnerez en audience et en fans. Soyez original, utilisez le direct, la vidéo 360 par exemple.

Et publiez régulièrement, avec parcimonie. Inonder vos fans d’informations et ne plus rien leur servir pendant quelques jours ou quelques semaines pourrait vous desservir. Ils pourraient être agacés, se sentant spammés car rappelons le, quand ils vous suivent vos publications s’inscrivent sur leur mur. Et, à l’inverse, les périodes d’inactivité pourraient décrédibiliser votre page et ne pas donner envie à vos abonnés de revenir. Quel intérêt pour n’y trouver rien ?

Répondre aux commentaire Facebook

Ne laissez pas les commentaires sans réponse. Vos Internautes ont pris le temps de vous écrire, de vous témoigner de l’intérêt et vous devez en faire autant par retour. Et ignorer ou supprimer les commentaires négatifs seraient des erreurs. Répondez et tournez les choses aussi positivement que possible, le cas échéant.

Utiliser les statistiques Facebook

Les statistiques vous permettent d’évaluer la popularité de votre page, l’efficacité d’une publication ou d’une promotion ; utilisez ces statistiques pour axer différemment ce qui ne marche pas et utiliser les leviers qui fonctionnement bien.

Organiser des campagnes

Facebook vous permet de définir des budgets de promotions pour toucher plus d’internautes. C’est vous qui êtes aux commandes pour dire quand, quoi, comment et définir votre cible (région, âge, centres d’intérêt…).

Il y a de nombreux leviers de communication et de communication aujourd’hui proposés par Facebook. Prenez le temps de les découvrir pour rendre votre page efficace et optimiser votre activité.